Sommaire

Mariko Mori (1967- )

Ces pages sont rédigées par et pour des passionnés d'Art Contemporain.
Pour nous joindre, déposer vos questions ou remarques: nous joindre


 

Mariko Mori est née à Tokyo en 1967.
Après des études secondaires brillantes, elle obtient un diplôme de styliste à Tokyo, complété par une maîtrise d'histoire de l'art, à Londres en 1992, au Chelsea College of Art and Design.
Dès 1993 ses créations retiennent l'attention comme "Play with me" ou The Ceremony".
Mariko Mori évolue très vite de l'univers de la mode à celui de tous les arts plastiques.

Elle aborde la photographie, la mise en scène et la création de ses propres costumes pour ses chorégraphies. Mariko Mori juxtapose ainsi des pratiques venant de communautés esthétiques différentes comme la musique, la vidéo, la mode. Elle intègre par ailleurs de nombreux élèments venant de la culture traditionnelle japonaise.


Mariko Mori s'est faite connaître avec ses oeuvres à l'humour grinçant.
Ses photos présentent souvent des visions déformées de scènes tirées du Japon d'aujourd'hui dans lesquelles elle se met elle-même en scène, dans des costumes quasi-futuristes réalisés par ses soins.
Mèlant l'onirique au narcissique, elle se met elle-même en scène dans de grands centres urbains où elle semble chercher sa place. Ancien mannequin, elle ne cesse de se transformer en un personnage du nouveau millénaire qui revisite à la fois l'univers de la science-fiction, des jeux vidéo ou des mangas, très souvent liés à un regard masculin.

Elle pratique des installations en explorant l'image sous ses différentes formes et dans ses différents états, elle interroge le pouvoir de la représentation, à l'ère de la technologie contemporaine. elle utilise en particulier des techniques d'images en 3 dimensions pour plonger le spectateur dans son univers.

Dans les années 1990, Mariko Mori se représente souvent dans un contexte urbain et joue le rôle d’une « Girly » (une femelle cyborg, à moitié humaine, à moitié machine. Dans la vidéo installation Link of the Moon, on la voit en blonde, vêtue d’une tenue futuriste (un vêtement très relevé au niveau des épaules en forme de cœur) et tenant entre ses deux mains, une boule de cristal. Très souvent, les œuvres donnent une vision optimiste du futur. Sur le cibachrome Empty Dream (1995), elle reprend le thème des bains antiques et imagine une plage paradisiaque sous serre (un « water wonderland »). Dans l’installation photo 3D, Birth of a Star (1995), par exemple, l’artiste incarne une cyber pop-star. Confronté à une véritable « œuvre totale », le visiteur observe une image d’une étonnante subtilité graphique et se laisse entraîner par la voix de la l’artiste qui semble émerger de nul part.

Les travaux de la jeune femme prennent à revers le machisme japonais. On a souvent entendu parler de la place étroite qu’occupait la femme dans la société japonaise.

Son propos n’est pas d’opposer homme et femme dans une lutte pour le pouvoir mais de démontrer leur différences qui font leur complémentarité. Si les qualités sont différentes, leurs valeurs respectives sont les mêmes. Mariko Mori ne se reconnaît pas dans le féminisme conformiste et étroit des années 60 ou 70, même si elle admire ce qui a été fait. Elle se bat pour la coopération plutôt quepour la compétition.

A la fin des années 1990, Mariko Mori rompt avec la civilisation urbaine et se plonge dans la nature (cf. la série de quatre panoramiques intitulée Esoteric Cosmos, 1996-1998, la vidéo 3D Nirvana, 1997 et Kumano, 1998…). Pour réaliser ses œuvres, l’artiste n’hésite pas à se rendre dans des paysages exceptionnels : la Mer morte, le désert de Gobi, une grotte aux remarquables stalactites dans le Sud de la France, les montagnes du Japon… Ensuite, elle retravaille les fonds par le biais de l’informatique ; le but est d’intensifier les émotions ressenties, créer un univers mystique et hyperréaliste ne semblant pas appartenir à notre monde. Dans Entropy of Love, par exemple, elle combine des éléments d’une centrale d’éolienne située en Californie et une biosphère en Arizona.

En 1997, elle obtient un premier prix à la Biennale de Venise pour sa vidéo 3D Nirvana. Celle-ci reprend une scène de « Esoteric Cosmos » : Mariko Mori se montre, habillée d'un kimono de soie, en train de flotter dans une bulle de cristal au dessus d'une fleur de lotus en floraison…

Œuvres principales et récompenses

  • 1993 Empty dream
  • 1994 Warrior ; Love Hotel ; Play with me
  • 1995 Birth of a Star
  • 1996 elle présente Miko no Inori, (Le Shaman )
  • 1996 Nirvana
  • 1996 Link of the Moon
  • 1996-1998 Entropy of Love, Burning Desire, Mirror of Water et Pure Land, sont 4 photos qui symbolisent respectivement les quatre forces élémentaires définies dans le bouddhisme : l'air, le feu, l'eau et la terre.
  • 1998 Kumano (les illuminations)
  • 1999, Dream Temple est une installation à la dimension d'une maison, en partie inspirée par le temple Horyu-ji de Nara .
  • 2002 elle présente une première restrospective de son œuvre au Japon.
  • Beginning of the End compte treize images panoramiques, réparties en trois séries :
    • Passé (Angkor, Teotihuacan, La Paz, Bolivie, Gizeh),
    • Présent (Time Square-New York, Shibuya- Tokyo, Picadilly Circus-Londres, Hong Kong)
    • Futur (La Défense-Paris, Shangaï, Docklands-Londres, Odaiba-Tokyo, Berlin)
  • 2003 Nirvana est une vidéo projection en 3 dimensions, proche du Zen, présentée dans le monde entier.
  • 2003 Le projet Wave UFO voit le jour après 3 ans de recherches. C'est une gigantesque goutte d'eau en fibre de verre posée au-dessus du sol. Mariko Mori y poursuit ses interrogations sur les relations entre l'individu et le cosmos.

Merci de cliquer sur le partenaire situé au dessus

 


Galerie Virtuelle


Birth of a Star (1995)


Love Hotel (1994)



Head in the clouds (1995)


Star doll (1994)


Pure Land (1996)

Miko no Inori (1996)


Burning Desire (1996)



Mirror of Water (1997)



Kumano (1998)



Dream Temple (1999)

Beginning of the End - Gizeh (2002)

Wave UFO (2003)
Licence : Les textes sont en reproduction libre sous conditions Créative Commons Art-Passion

Les illustrations ont un statut variable: Domaine Public /ou/ Fair Use (droit de citation dans un but informatif) /ou/ © auteur . . . . . Sommaire