Bodys Isek Kingelez

De Wiki de A à Z.

Bodys Isek Kingelez, né en 1948 à Kimbembele Ihunga et mort le 14 mars 2015, plasticien contemporain congolais ( République démocratique du Congo).

Biographie

Né dans le Congo belge en 1948, il s'installe à Kinshasa en 1970. Jusqu’à l’âge de 30 ans, Kingelez est simple professeur dans une école secondaire à Kinshasa. Et puis se produit un déclic littéralement magique  : « Lors d’une nuit en 1979, Kingelez s’est mis en transe et a réalisé une maquette hautement improbable qu’il a présentée quelques jours plus tard au musée national de Kinshasa. Les conservateurs qui l’avaient reçu n’ont pas cru que c’était lui qui l’avait faite. Alors on lui a proposé de rester pendant quinze jours au musée afin qu’il réalise une deuxième maquette pour confirmer qu’il était bien l’auteur de la première. »

Kingelez est alors nommé restaurateur. Mais à partir de 1985, il se consacre entièrement à son travail d'artiste qu'il désigne par l'expression "architecture maquettique".

Depuis le début des années 80, Kingelez édifie des « extrêmes architectures » faites de carton, de papier, de plastique, etc. Kingelez semble penser dans des styles à la fois classique, gothique, égyptien, arabe, renaissance, moderne, postmoderne, etc. Son œuvre, littéralement atypique, n’a pas de relation directe avec les valeurs culturelles de son pays, de son époque, de son contexte. Il envisage ses « extrêmes maquettes » comme un art, auquel il accorde un pouvoir sur l’individu et la société à laquelle il destine ses recherches.

En 1995, Kingelez présente ses premières constructions d’une ville entière à la Fondation Cartier à Paris, sa première grande exposition personnelle à l’échelle internationale où il fait résonner ses « extrêmes maquettes » avec l’architecture de Jean Nouvel et les machines poétiques et infernales d’un Jean Tinguely.

Souvent faites de carton, de papier et de plastique, la nature de son architecture reste résolument d’actualité. Kingelez a un talent incroyable pour les matériaux qu’on retrouve chez les artistes et designers d’aujourd’hui. Il utilise des matériaux qui ont déjà été utilisés, mais il ne s’agit absolument pas de recyclage. Il montre clairement qu’il ne s’agit pas de déchets. Dans son œuvre, il y a une critique de l'urbanisation du continent africain, mais il y a surtout un merveilleux optimisme envers le futur. À travers son positivisme inébranlable et son urbanisme rêvé, l’artiste congolais a depuis toujours dépassé de loin le continent noir et participé à sa façon au dialogue artistique international.

Bodys Isek Kingelez s’est éteint samedi 14 mars 2015 à Kinshasa à l’âge de 67 ans

Expositions (sélection)

  • 1989 Les Magiciens de la Terre Centre Georges-Pompidou
  • 1995 : Fondation Cartier
  • 2002 Documenta 11 Kassel
  • 2004-7 :« Africa Remix : L'art contemporain d'un continent/ Contemporary Art of a Continent », Museum Kunst Palast, Düsseldorf ; Hayward Gallery, Londres ; Centre Georges Pompidou, Paris ; Mori Art Museum, Tokyo ; Johannesburg Art Gallery, Johannesburg ; Moderna Museet, Stockholm
  • 2011 JapanCongo, Double regard de Carsten Höller sur la collection de Jean Pigozzi, Le Magasin, Grenoble, puis Garage Center of Contemporary Culture de Moscou et Palazzo Real à Milan
  • 2015 BEAUTÉ CONGO 1926-2015 CONGO KITOKO Fondation Cartier

Galerie

issek9963.jpg
Projet pour Kinshasa, 1997


issek9965.jpg
Papillon de mer, 1990


issek20150924.jpg
Ville Fantôme, 1996

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_