Denis Côté

De Wiki de A à Z.

Denis Côté réalisateur canadien (québécois) , producteur, né le 16 novembre 1973 à Perth-Andover, Nouveau-Brunswick (Canada).

Biographie

Cinéphile, il étudie le cinéma au collège Ahuntsic de Montréal puis fonde nihilproductions (à ne pas confondre avec Aes-Nihil Productions) autour de 1994. Très actif, il tourne une quinzaine de courts métrages, dont Kosovolove (2000) et La sphatte (2003). Parallèlement, il est journaliste cinéma à la radio, chef de pupitre cinéma pour l'hebdo culturel montréalais Ici entre 1999 et 2005, et vice-président de l’Association québécoise des critiques de cinéma (AQCC).

En 2005, son premier long métrage, Les États nordiques, remporte le Léopard d’or (vidéo) au Festival international de Locarno, ainsi que le Grand Prix Indie Vision du Festival international de Jeonju en Corée. En novembre 2007, le film fait partie des dix choisis par les Cahiers du Cinéma lors de la programmation Un Week-end d'inédits organisée par la revue. Dans cet œuvre, il y a un mouvement vital, venu de l’intérieur du film. Un mouvement né de ses premiers composants, et qui ne cesse d’évoluer au fil de leur rencontre avec d’autres facteurs, qui peuvent aussi bien se trouver dans le paysage réel et les conditions matérielles de réalisation, que dans les imaginaires que les prémisses du film ont mobilisés. Ce sont souvent des imaginaires cinématographiques.

Dès le début, Denis Côté a suscité une certaine perplexité chez les critiques québécois, sinon un rejet. Il a fallu la reconnaissance à l’étranger du film, grâce notamment au Léopard d’or du Festival de Locarno pour commencer à offrir à ce réalisateur une forme de légitimité, y compris chez lui.

Cette reconnaissance se double le plus souvent dans les articles que la presse québécoise consacre à ses films de conseils de « prudence » aux possibles spectateurs, avertis d’un cinéma « difficile », « austère ».

Les points de départ des films de Denis Côté ne se ressemblent pas. Nos vies privées, une histoire d’amour dans la forêt canadienne entre deux jeunes immigrants bulgares, et d’étonnantes et logiques rencontres, réalistes ou pas. Elle veut le chaos, une sorte de western primitif et contemporain au noir et blanc somptueux comme une invocation aux puissances anciennes du cinéma de genre pour raconter des peurs et des désirs qui sont de tous et de chacun. Carcasses, mise en place attentive d’un paysage d’arbres et de voitures hors d’usage, habité réellement et magiquement par un homme si singulier qu’il faudra un peu de temps pour comprendre que sa singularité est celle de chaque individu.

Réalisateur de ses films, Denis Côté en est aussi le scénariste et le producteur, pour lui tout cela est un seul et même processus parce que le film vit de la dynamique intérieure qui l’a fait naître. Cette question, souvent posée, du manque de moyens matériels et financiers n’a guère de sens: ces films sont le fruit de leurs conditions concrètes de fabrication, ils sont nés de leur budget comme ils sont nés du temps qu’il a fait, comme ils sont nés de 
l’imaginaire de Denis Côté, de ses rencontres avec des 
hommes et des femmes qu’il a désirés comme présences dans ses films, à la fois acteurs et personnages et un peu autre chose aussi. S’il y avait eu plus d’argent cela aurait fait un autre film, pas forcément meilleur, ni pire.

Après ses quatre premiers longs (et une quinzaine de courts), Curling, semble offrir quelques chemins d’accès plus balisés. Autour de Jean-François, de sa fille, des usagers du bowling et des autres, c’est bien le même mouvement intérieur qui se met en branle. Creusé par une horreur qui hante le monde, Curling construit son propre espace avec un espace qui déjà existait, un espace habité de rythmes, de ruptures, de rimes. Il se déploie en contrepoints de couleurs, de sens, d’émotions et d’imaginations qui prennent forme autour d’un espace noir pour s’élancer dans le courant de la projection, comme au long de cette route qui traverse le film.

A propos d’Elle veut le chaos, Denis Côté parlait dans un entretien de « scénario à trous ». Des trous pour que l' imaginaire puisse s’y nicher, et à son tour se mettre en mouvement. Des trous dans le mur des systèmes verrouillés qui contrôlent tout, et pas seulement la manière de faire des films.

En octobre 2008, son œuvre fait l'objet d'une rétrospective à la Cinémathèque québécoise.

Né d'une résidence d'artiste, Carcasses a été présenté au prestigieux Festival de Cannes à la Quinzaine des réalisateurs en mai 2009. Présenté au Toronto International Film Festival, il a fait partie du Canada Top Ten.

En 2010, le moyen métrage Les lignes ennemies (43 min.) a fait partie du Jeonju Digital Project du Jeonju International Film Festival (Corée) où il fut présenté en première mondiale.

En août 2010, son nouveau long métrage, intitulé Curling, est présenté en compétition officielle au Festival du film de Locarno (Suisse). Il gagne le Prix de la mise en scène, en plus du Léopard pour la meilleure interprétation masculine décerné à Emmanuel Bilodeau.

En plus de ses propres films, Denis Côté a produit Le Cèdre penché de Rafaël Ouellet en 2007.

Filmographie

Courts métrages

  • 1997 - Des tortues dans la pluie
  • 1998 - Mieux
  • 1999 - Old Fashion Waltz
  • 2000 - Seconde valse
  • 2000 - Kosovolove
  • 2001 - Les petits Cagney
  • 2001 - Rejoue-moi ce vieux mélodrame
  • 2002 - L'hypoténuse
  • 2002 - Mécanique de l’assassin
  • 2003 - La sphatte
  • 2005 - Les jouets
  • 2005 - Tennessee
  • 2007 - Maïté

Distinctions

  • 2001 - Seconde valse: Prix du meilleur montage au Atlantic Film Festival (Halifax)
  • 2004 - La sphatte: Prix Bronze au Brno B16 (République tchèque)
  • 2005 - Les états nordiques: Léopard d'or (vidéo) Festival international du film de Locarno (Suisse)
  • 2006 - Les états nordiques: Grand Prix Indie Vision à Jeonju (Corée)
  • 2008 - Elle veut le chaos: Prix de la mise en scène au Festival international du film de Locarno (Suisse)
  • 2008 - Elle veut le chaos: Meilleur film canadien au FICFA (Festival international du cinéma francophone en Acadie) de Moncton (Canada)
  • 2010 - Curling: Prix de la mise en scène au Festival international du film de Locarno (Suisse)
  • 2010 - Curling: Léopard pour la meilleure interprétation masculine (Emmanuel Bilodeau) au Festival international du film de Locarno (Suisse)


Retrouvez tous les détails de la filmographie de Denis Côté sur sa fiche IMDB

Deniscote.jpg

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_