Genpei Akasegawa

De Wiki de A à Z.

Genpei Akasegawa ( japonais 赤瀬川原平, Akasegawa Genpei), de son vrai nom Katsuhiko Akasegawa ( japonais 赤瀬川克彦, Akasegawa Katsuhiko), écrivain et artiste contemporain japonais, né le 27 mars 1937 à Yokohama.
Il a aussi utilisé le pseudonyme de Katsuhiko Otsuji ( japonais 尾辻克彦, Otsuji Katsuhiko) pour ses œuvres littéraires.

Au début de sa carrière artistique, il subit l'influence du groupe Neo-Dada Organizers mené par Ushio Shinohara, mais n'adhère pas formellement au mouvement. Il adopte une démarche similaire et fonde en 1963 le High Red Center, groupe qui comprend au départ Jirô Takamatsu, Natsuyuki Nakanishi et lui-même. Le nom du groupe est la traduction anglaise du premier caractère de leur nom de famille : 高 Taka = « high, (haut) » ; 赤 Aka = red (rouge)  » ; 中 Naka = center (centre).
Genpei Akagesawa participe en parallèle aux activités de Fluxus.

En 1963, Akagesawa expose un billet de 1 000 yen agrandi. Pour son exposition de collages intitulée Aimai no umi ni tsuite (À propos de l'ambiguïté de la mer), il envoie dans des enveloppes, que la poste met à disposition pour envoyer de l'argent liquide, des invitations sous la forme factice de billet de 1 000 yen. Ces « faux » sont imprimés sur du papier d'emballage. En 1964, il est convoqué par la police, accusé de fabriquer de la fausse monnaie. Son procés dure six ans et il est finalement condamné en 1970. Mais cette farce juridique se transforme en happening permanent. Dans cette position d'accusé, il met en jeu les fondements de la loi. Dans sa déclaration au tribunal, il évoque précisément les rapports ambigus qui peuvent exister entre les mots, les desseins et les actes, élevant ainsi sa protestation contre ce “jugement définitif” que la loi rend sur l'art.
Au cours du procès, les artistes et les critiques témoignent en faveur de Akagesawa et présentent les preuves sous forme de happenings. Pour l'artiste, l'art était un prétexte pour dénoncer, de façon symbolique, la structure du pouvoir d'un Japon en pleine expansion et son caractère superficiel en reproduisant du papier monnaie.

Fichier:Akasegawa0.jpg

Le grand billet de zéro Yen, 1967

En 1970, il utilise l'idée de la technologie Hyper-Art (chōgeijutsu), en transformant un objet ordinaire en une œuvre d'art conceptuel. Il nomme ces objets des Tomasons (du nom du joueur de base-ball Gary Thomasson des Yomiuri Giants. Il publie des photographies dans le magazine Shashin Jidai et plus tard dans des ouvrages.

Sous le nom de Katsuhiko Otsuji, il reçoit le Prix Akutagawa, la plus haute récompense littéraire japonaise, en 1981 pour son court récit, "Chichi ga Kieta". Akasegawa est connu pour de nombreux essais humoristiques, et en 1998 Rōjinryoku a été un grand succès.

Dans les années 1990, Akasegawa pratique la photographie avec des appareils anciens comme les Leica, en 1992, il forme avec Yutaka Takanashi et Yūtokutaishi Akiyama le groupe Raika Domei, qui a organisé de nombreuses expositions.

Ouvrages

  • Obuje o motta musansha (オブジェを持った無産者). Tokyo: Gendai Shisōsha, 1970.
  • Tuihō sareta yajiuma (追放された野次馬). Tokyo: Gendai Hyōronsha, 1972.
  • Sakura gahō gekidō no sen nihyaku gojū ichi (桜画報・激動の千二百五十日). Tokyo: Seirindō, 1974.
  • Yume dorobō: Suimin hakubutsushi (夢泥棒:睡眠博物誌). Tokyo: Gakugei Shorin, 1975.
  • Chōgeijutsu Tomason (超芸術トマソン). Tokyo: Byakuya Shobō, 1985.
  • Tōkyō mikisā keikaku (東京ミキサー計画). Tokyo: Parco, 1984.
  • Rōjinryoku (老人力). Tokyo: Chikuma Shobō, 1998.

Galerie

Fichier:Akasegawa2.jpg

Aimaina Umi 12, collage, 1961

Fichier:Akasegawa1.jpg

L'objet de mise en fourrière Masque, 1963

Fichier:Akasegawa3.jpg

Sheets of Vagina ( the second present ), 1961

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_