Ivan le Terrible (film)

De Wiki de A à Z.

Ivan le Terrible (Иван Грозный) film soviétique de Sergueï Eisenstein, sorti en 1944.

Analyse critique

En 1941 Staline commande à Eisenstein, tout juste auréolé du succès de Alexandre Nevski, un film sur Ivan IV, le premier tsar à avoir unifié les royaumes éclatés de Russie. Le film a pour vocation, en ces périodes de guerre, d'exalter le sentiment patriotique. Eisenstein prévoit alors de réaliser un triptyque qui reste aujourd'hui encore inachevé. En effet, si la première partie donne une image magnifiée du monarque, la deuxième partie, qui le présente sous un aspect plus complexe et tourmenté, sera censuré jusqu'en 1958 par le pouvoir en place. Eisenstein mourra en 1948 sans avoir pu achever son œuvre.

Ivan IV de Russie, surnommé Ivan le terrible, est né en 1530. À la mort de son père Vassili III en 1533, il devient Grand Prince de Russie. En attendant sa majorité, sa mère Hélène Glinskaïa assure la régence. Cette dernière meurt en 1538, laissant l’État aux boyards qui cherchent à prendre le pouvoir. En 1547, Ivan IV atteint sa majorité ; il est le premier grand-prince moscovite à être officiellement couronné tsar. La même année, il épouse Anastasia Romanovna de la famille des Romanov.

Il s’entoure de fidèles conseillers et se tient à l’écart de la noblesse à cause de la révolte des nobles durant son enfance. Il réunit le premier zemski sobor, qui est une sorte d’états généraux. Il réorganise le pays et renforce sa position autocratique en enlevant des pouvoirs aux boyards et à l’Église. En 1550, il lance une réforme du système administratif et judiciaire : des directions unifiées sont créées pour les finances, les affaires étrangères et la guerre ; les pouvoirs des voïvodes, les gouverneurs de provinces, sont limités.

En 1560, il entreprend une nouvelle réforme sur l’administration locale et le système fiscal qui sont réorganisés, notamment au détriment des boyards qui se voient privés des taxes qu’ils ont toujours eu le droit de prélever sur les impôts collectés par eux pour le tsar. En 1564, Ivan IV abdique et part de Moscou avec une partie de la cour. Mais quelques semaines plus tard sous la pression populaire, il accepte de remonter sur le trône. En 1565, il prend une partie de la Moscovie à titre personnel et la dirige lui-même pour la redistribuer à ses plus fidèles partisans, créant ainsi de nouveaux fonctionnaires : les opritchniki. Les boyards mécontents de leur perte de pouvoir complotent contre le Tsar qui va les exterminer sans pitié ce qui lui vaut le surnom de « Ivan le Terrible ». En 1552, les armées moscovites ont conquis et annexé le royaume tatar de Kazan, et Astrakhan qui deviennent des territoires russes en 1556. Il pacifie les frontières de l’Est de la Russie. Il autorise les rapports commerciaux entre l’Angleterre et la Russie.

2e partie - Pour briser le complot des boyards et du traître Kourbsky, Ivan crée un corps de miliciens, les Opritchnicks, dirigés par le fidèle Maliouta, et, se souvenant de son enfance déjà entourée de complots, fait régner la terreur. Nommé métropolite, Kolytchev accuse Ivan d'être un suppôt de Satan : le tsar le fait arrêter. Puis au cours d'un banquet, sachant que l'on projette de l'assassiner, il feint de céder son trône au fils d'Euphrosina, le simple d'esprit Vladimir : grâce à cette substitution, c'est ce dernier qui sera poignardé à sa place. Désormais, Ivan est le maître absolu.

Souvent excessif et cruel, Ivan IV fonde une Russie forte et crée un modèle de pouvoir suprême pour les Czar.

Cette œuvre est à la fois colossale et intimiste. Colossale au vu des décors et des costumes, mais aussi de l'interprétation expressionniste des acteurs. Le rôle des regards est sur ce point exemplaire et la dimension hiératique du personnage d'Ivan le Terrible est manifeste. Intimiste car elle présente, en particulier dans la seconde partie, la figure d'un tyran tourmenté, loin des idées reçues des biographies traditionnelles. Au delà de la fidèle hagiographie qu'on lui avait demandée, Eisenstein a esquissé un personnage complexe, plus proche d'un Hamlet que d'une réalité stricto sensu, et a préféré inciter le spectateur à une réflexion sur le pouvoir et ses abus. Ce qui constitua, aux yeux de Staline et de ses censeurs, une attaque inadmissible.

Distribution

  • Nikolai Tcherkassov : Ivan
  • Loudmila Tchelikovskaïa : Anastasia
  • Serafina Birman : Euphrosinia
  • Piotr Kadotchnikov : Vladimir
  • Mikhaïl Naznavov : Kourbsky
  • Andrei Abrikosov : Kolitchev
  • Mikhaïl Jarov : Skouratov
  • Amvrosi Boutchma : Basmanov
  • Vsevolod Poudovkine : Nikola, le fanatique

Fiche technique

  • Réalisation : Sergueï Eisenstein
  • Scénario : Sergueï Eisenstein
  • Musique originale : Sergei Prokofiev
  • Image : Andrei Moskvin (scènes d'interieur); Eduard Tisse (scènes exterieures)
  • Montage : Sergueï Eisenstein
  • Noir et blanc
  • Durée : 103 minutes
  • Date de sortie: 30 décembre 1944 (Moscou)
    • France : 6 mars 1946


2e partie

  • Durée : 83 minutes
  • Date de sortie: 1958


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB(première partie)
Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB(deuxième partie)

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_