La Machine à explorer le temps (1960)

De Wiki de A à Z.

La Machine à explorer le temps (The Time Machine) film américain réalisé par George Pal, sorti en 1960. Il est inspiré du roman La Machine à explorer le temps de H. G. Wells.

Analyse critique

Le 31 décembre 1899, à Londres, George, un inventeur, discute du sujet de la quatrième dimension avec quatre de ses amis et leur affirme qu'il a inventé une voyage dans le temps|machine à explorer le temps. Il leur présente un modèle miniature de son invention qui disparaît après qu'il l'a activé. Les autres, plutôt incrédules, l'accusent d'avoir usé de la magie et se moquent un peu de lui. Trois d'entre eux s'en vont; le quatrième, Filby , reste un moment et demande à George de ne pas sortir ce soir. George lui promet de ne pas franchir le pas de la porte et l'invite avec les autres à venir prendre un repas dans cinq jours.

Sitôt Filby parti, George se rend dans son laboratoire où est entreposée une machine capable, elle, de transporter un homme. Après s'être assis dans l'appareil, il pousse le levier vers l'avant et la machine prend son départ vers le futur. Il arrête d'abord la machine le 13 septembre 1917 et il apprend que le monde est en guerre. Il aperçoit un homme en uniforme et croit d'abord qu'il s'agit de son ami Filby mais l'homme se présente comme étant son fils. Il l'informe que son père est mort il y a quelque temps, tué à la guerre. George revient à la machine et la fait repartir jusqu'au 19 juin 1940 où il tombe en plein bombardement. Il en conclut que le monde est de nouveau en guerre. Il repart et s'arrête le 18 août 1966 où il s'émerveille devant un monde moderne qui n'est plus le sien. Il rencontre de nouveau le fils Filby, devenu vieux, qui l'avertit d'aller se cacher car les champignons vont bientôt exploser. Il y a alors une explosion, le ciel tourne au rouge et la lave commence à couler dans les rues de Londres. Pour ne pas être emporté, George repart vers le futur. Enterré par la lave qui devient vite une roche froide, l'inventeur voit les siècles défiler, enfermé dans une montagne qui finit enfin par s'éroder.

Il stoppe alors abruptement la machine le 12 octobre 802 701, près d'un énorme bâtiment ayant l'apparence d'un sphinx. Il explore le bois environnant, qui a l'air d'un paradis, et finit par tomber sur les habitants du lieu en train de relaxer et de jouer près d'une rivière. Il aperçoit alors une jeune femme en train de se noyer que les autres regardent indifféremment. C'est George qui la secourt. Elle s'appelle Weena, et son peuple se nomme les Élois. Elle finit par s'intéresser petit à petit à lui.

George se rend compte que les Élois n'ont ni gouvernement ni lois et qu'ils ne vivent que dans l'insouciance. Fâché et déçu, il décide de repartir vers les siens. Il découvre alors que sa machine a disparu. Les traces montrent qu'elle a été traînée vers la porte maintenant fermée du sphinx. Weena, qui l'a suivi, lui dit que ce sont les Morlocks qui le lui ont pris et elle parle alors d'un petit musée où des bagues racontent ce qui s'est passé auparavant. George les écoute et en conclut qu'après une longue guerre nucléaire, un groupe d'humains survivants a décidé de vivre dans les cavernes. Ils sont devenus les Morlocks qui élèvent maintenant les Élois comme du bétail afin de leur servir de nourriture.

George veut retrouver sa machine. Weena lui indique que la seule façon d'entrer chez les Morlocks, c'est d'y aller par les puits. Alors qu'il y descend, une sirène d'alarme se fait entendre, la même sirène qu'il a entendue en 1966. Weena et les autres Élois se dirigent comme hypnotisés vers l'entrée du sphinx. George tente de la rattraper mais en est incapable car la porte du sphinx se referme avant qu'il ait pu y pénétrer. Bien décidé à entrer chez les Morlocks et à sauver Weena, il retourne dans le puits où il aboutit dans l'antre des monstres. Une file apparaît. Ce sont les Élois prisonniers qui sont conduits à coup de fouet par les Morlocks vers le garde-manger. George affronte les Morlocks et s'aperçoit que leurs yeux sont sensibles à la lumière. La lueur d'une allumette les fait reculer. Il réussit à entraîner Weena et les autres Élois vers la sortie en mettant le feu entre autres à de la matière inflammable. Lui et les Élois parviennent à ressortir sains et saufs du puits.

Un Éloi l'avertit alors que la porte du sphinx s'est de nouveau ouverte. George aperçoit sa machine à l'intérieur. Il y court, la porte se referme derrière lui. Attaqué par les Morlocks, il active la machine et retourne vers le passé. La machine est stoppée le 5 janvier 1900. Il raconte son histoire à ses amis mais seul Filby le croit. Lorsque ceux-ci repartent, Filby revient vite chez George mais c'est pour entendre la machine se réactiver. Georges a tiré sa voiture à l'extérieur de la verrière du laboratoire d'où il était parti : à son retour, il s'était en effet retrouvé de l'autre côté de la porte, puisque les Morlocks y avaient traîné sa machine; grâce à cette manoeuvre il se retrouvera de nouveau à l'extérieur de la bâtisse du sphynx et retrouvera Weena. C'est ce que comprend Filby quand il constate dans le laboratoire que George et son appareil ont disparu. Filby devine qu'il est reparti vers Weena et les Élois où il va tenter de rebâtir une civilisation : pour cela, comme le constate Filby, en regardant un rayonnage de sa bibliothèque, il a emporté trois livres, on ne saura pas lesquels (ceux qui se trouvaient échoués chez les Elois, qui ne lisaient pas, dataient d'un autre temps et tombaient en poussière quand George les prit en main).

C’est l’apanage de l’art cinématographique que de pouvoir se jouer du temps, le modeler à son envi. George Pal y est d’autant plus sensible qu’il est avant tout un cinéaste d’animation, ayant officié en Allemagne puis en Hollande, où il a réalisé de nombreuses publicités, notamment pour la société Philips, avant de rejoindre les États-Unis pendant la guerre, où la Paramount lui commande la série de courts-métrages des « Puppetoons », marionnettes animées. Les voyages dans le temps fournissent l’occasion et la justification au cinéaste pour pratiquer l’animation image par image au sein d’un film à prise de vue réelle. La construction générale du récit reprend quant à elle l’idée d’un temps fonctionnant en boucle, puisque le héros, revenant du futur, retrouve à deux reprises ses amis du présent, scientifiques rationnels qui ne veulent pas croire à son invention.

Pal joue aussi sur le long temps qui le sépare du roman de Wells en effectuant des voyages dans des passés plus ou moins proches, avant de se fixer sur un récit d’anticipation. Ainsi, le héros de 1900 débarque naïvement en 1917 puis pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui induit l’ évocation de la découverte de ce qui était futur pour Wells mais qui représente au contraire un passé connu, devenu historique, pour le spectateur de 1960. Pour le spectateur actuel,, le futur est bien sûr devenu du passé, et tous ses emboîtements d’espaces temps prennent une dimension vertigineuse.

Distribution

  • Rod Taylor  : George
  • Alan Young  : David Filby / James Filby
  • Yvette Mimieux : Eloi Weena
  • Sebastian Cabot : Dr Philip Hillyer
  • Tom Helmore : Anthony Bridewell
  • Whit Bissell : Walter Kemp
  • Doris Lloyd : Mme Watchett

Fiche technique

  • Titre : La Machine à explorer le temps
  • Titre original : The Time Machine (signifie : La Machine temporelle)
  • Réalisation : George Pal
  • Scénario : David Duncan, d'après le roman de H. G. Wells
  • Production : George Pal
  • Société de production : George Pal Productions, Galaxy Films Inc. et Metro-Goldwyn-Mayer|MGM
  • Musique : Russell Garcia
  • Photographie : Paul Vogel
  • Montage : George Tomasini
  • Durée : 103 minutes
  • Dates de sortie : USA- 17 août 1960, France, 7 décembre 1960

Récompenses

  • Oscar des meilleurs effets spéciaux (Gene Warren et Tim Baar) en 1961.


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_