Le Salon de musique

De Wiki de A à Z.

Le Salon de musique (Jalsaghar en bengali) est un film indien. C'est le quatrième long métrage du cinéaste bengali Satyajit Ray, sorti en 1958.

Analyse critique

Inspiré du roman homonyme de Tarashankar Bandopadhyay, le film est une étude détaillée et dramatique des derniers jours d’un zamindar, un propriétaire terrien semi-féodal du Bengale, mécène de musique et de danse. Imbu de la noblesse de ses origines, il sacrifie sa fortune et sa famille pour sa passion des arts en donnant des réceptions ruineuses dans son salon de musique.

Roy, le "Zamindar", médite, assis, sur la terrasse de son palais, le regard vide, braqué sur l'horizon marin et songe à sa grandeur passée. À cette époque, imbu de la noblesse de sa caste, de ses droits, et de ses vertus, le Maharajah satisfaisait à sa passion pour la musique et la danse en organisant des réceptions toujours plus ruineuses dans le salon de musique. Un plaisir qu'il partage avec Khoka, son fils unique, lequel doit bientôt recevoir l'initiation sacrée, cérémonie encore plus prestigieuse que les précédentes. Les fêtes se succèdent. Son épouse et son fils partent au chevet d'un parent. Mais un soir, le fidèle serviteur Ananta annonce à son maître qu'ils ont péri noyés dans les graves inondations qui viennent de ravager la région, détruisant une partie de ses terres.

Désespéré, le Maharajah mène alors une vie de reclus, allant même jusqu'à fermer son salon de musique. Un jour cependant, la rivalité sourde et tacite qui l'oppose à Ganguli, usurier enrichi, représentant de la classe bourgeoise grossière et inculte, le conduit à l'ouvrir à nouveau, au grand désespoir de son intendant. Roy va en effet dépenser les maigres revenus de la dernière récolte. Les meilleurs musiciens et la plus grande danseuse du pays animent la soirée. Comblé, mais ruiné, le Maharajah s'enivre. Au petit matin il part sur son cheval vers la plage. Quelques instants plus tard, il fait une chute mortelle et son fidèle Ananta s'étonne de voir couler sur le visage de son maître un sang qui ressemble au sien.

A la fois somptueux et extrêmement austère, Le Salon de musique fait le portrait complexe et ambigu d'un passionné de la musique qui trouve dans cette passion le moyen d'assouvir son immense orgueil et de s'adonner à un narcissisme inné : narcissisme de caste et de classe. Sa passion, telle qu'il la conçoit, est essentiellement autodestructrice car elle le prive de toute énergie, de tout lien avec le monde extérieur et -défaut dans doute rédhibitoire aux yeux de Satyajit Ray- de toute humilité.

Le personnage inspire à l'auteur et au spectateur une compassion et une sorte de respect quasi fraternels, qui donnent à l'œuvre sa vibration unique.

Le noir et blanc utilisé avec un luxe raffiné et discret, les lents mouvements d'appareil qui font pénétrer dans l'âme du personnage comme dans une ville dévastée et fascinante, la composition de l'acteur Chhabi Biswas montrent en Satyajit Ray un artiste au sommet de son art. Chaque plan est minutieusement travaillé, chaque détail a son importance. Le décor somptueux, la perfection de l'architecture de l'édifice et l'intensité du personnage principal participent dà sa perfection. Toute la puissance du film est déjà dans le premier plan, sur ce visage qui en impose, d'une tristesse sourde, bouleversante. Les séquences finales, le dernier concert, la nuit d'ivresse du héros et sa chute de cheval sont parmi les plus parfaites qu'il ait tourné. De nombreux artistes éminents apparaissent au cours du film, parmi lesquels on peut citer Begum Akhtar (premier chanteur, parfois annoncé comme Akhtari Bai), Roshan Kumari (danseuse de kathak), Ustad Bismillah Khan et son groupe, Waheed Khan (joueur de surbahar), et Salamat Ali Khan (second chanteur, joueur de khyal, parfois annoncé comme Salamat Khan).

Le Salon de musique fut découvert très tard en France. Il revient au Ciné-club d'Antenne 2 de l'avoir fait connaître au public français bien avant sa sortie commerciale en 1981.

Distribution

  • Chhabi Biswas : Huzur Biswambhar Roy
  • Padma Devi : Mahamaya, la femme de Roy
  • Pinaki Sengupta : Khoka
  • Gangapada Basu : Mahim Ganguly
  • Tulsi Lahiri : L'intendant
  • Waheed Khan : Ustad Ujir Khan
  • Roshan Kumari : Krishna Bai

Fiche technique

  • Titre original : Jalsaghar
  • Réalisation : Satyajit Ray
  • Scénario : Satyajit Ray
  • Photographie : Subrata Mitra
  • Musique originale : Ustad Vilayat Khan
  • Format : Noir et Blanc
  • Durée 100 mn
  • Date de Sortie : 1958 (Inde)
    • 18 février 1981 (France)
  • Ce film fait partie des 100 meilleurs filmsdes Cahiers du Cinéma (liste publiée en 2007)


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_