Odö

De Wiki de A à Z.

Odö, de son vrai nom Nicolas Le Borgne, aussi connu sous le pseudo Nico Odora, plasticien contemporain français, né en 1984 à Bayonne.

Biographie

Originaire du Sud-Ouest de la France, Odö puise ses influences aussi bien dans les univers du tatouage et de la marine, son grand-père et son arrière grand-père étaient marins. Odö s’inscrit dans le mouvement Pop Surréaliste. Son œuvre s’inspire autant du Street art, du tatouage que de ses rêves étranges. Odö a déjà une œuvre riche et cohérente, pleine de sensibilité, et foisonnante de détails, qui s’inscrit parfaitement dans la lignée d’artistes comme Jeremy Fish ou Mike Giant, et permet ainsi au jeune artiste d’enrichir le mouvement Lowbrow de son talent. « Le Low Brow Art englobe pas mal de mouvements artistiques comme le graph’ par exemple, c’est un mouvement dans lequel je me retrouve. », explique l’artiste.

Quasi autodidacte, bien qu’ayant reçu une formation qui tournait autour de l’image, la vidéo, la publicité et le web, Odö a élaboré son style en expérimentant et il a trouvé son bonheur dans une œuvre majoritairement dominée par l’utilisation d’aquarelles et de stylos bille, mais aussi de peintures acryliques et de Poska, sur bois ou papier.

Jeune recrue prometteuse de la Board Culture, Odö navigue dans l’univers des sports de glisse depuis son enfance. Avide de progression, en surf comme en dessin, il s’impose un rythme de travail effréné ; il a conscience de sa chance de pouvoir allier travail personnel et diffusion de celui-ci via ses commanditaires, qui lui laissent carte blanche lorsqu’ils font appel à lui.

L’incroyable productivité d’Odö, au regard du temps qu’il consacre à chacune de ses pièces, n’est pourtant pas alimentée par la recherche de la notoriété. Elle lui permet plutôt d’assouvir une certaine boulimie de travail, et d’explorer, encore et encore, la moindre idée qui traverse son esprit fertile. Sans tenir compte du temps qui passe, puisque c’est avant tout la passion qui guide son geste. Comme il l’explique humblement, « Je ne fais pas partie des gens qui pensent que bien peindre ou dessiner est un don. C’est certes une capacité, mais cela demande beaucoup de volonté et donc énormément de travail pour pouvoir évoluer et atteindre un certain niveau. J’ai l’intention de toujours continuer à peindre et dessiner, à exposer, à évoluer… Ne jamais m’ennuyer dans ce que je fais. »

Il règne dans l’œuvre d’Odö une ambiance macabre symbolisée par la présence récurrente de crânes de squelettes ou de jolies et pâles naïades. Leur regard sans vie et leur chevelure interminable laissent penser qu’on les a délogées de leur cercueil longtemps après leur mort. « Je travaille sur un univers entre la mort et la vie », confirme Odö. Avec lui, les célèbres personnages de Walt Disney, tels Mickey et Donald, prennent un sacré coup de vieux et se voient même affublés d’une anatomie improbable, le genre de vision directement issue d’un cauchemar. « Mon inspiration vient beaucoup de mes rêves, de mes expériences personnelles, de celles des autres et des films que j’aime comme ceux de Tim Burton, Terry Gilliam ou Hoayo Miyazaki et dans lesquels certains détails vont déclencher une idée. »

Son talent a intéressé la marque de vêtements de sport Billabong qui l’a pris sous son aile. « Je réalise pour Billabong des illustrations pour des T-shirts, des typographies notamment pour les collections féminines, je suis plutôt libre dans mes créations… »

La technique d’Odö, remarquable, se caractérise par une finesse de trait, une précision du détail et une palette de couleurs restreinte. Ses illustrations tiennent souvent sur un format A4 mais elles sont extrêmement riches et méticuleuses. Elles demandent qu’on y revienne à plusieurs reprises afin d’y déceler à chaque fois un nouveau détail. « Je commence par peindre à l’aquarelle puis j’attaque tous les détails, je noircis mes dessins au maximum, à base de traits alignés de manière très propre, c’est assez long comme processus… »

Expositions (sélection)

  • 2012 Solo Show – MOSH gallery – Copenhague Danemark
  • 2011 Pimp my Art – Mondo Pop Italie
    • Les Enfants Terribles, Le Plateau, Hôtel de région de Lyon, dans le cadre de Résonances, Biennale de Lyon 2011
  • 2010 Préméditation – Spacejunk
    • Ispo – Munich – Allemagne

Galerie

Odo101.jpg

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_