Post coïtum animal triste

De Wiki de A à Z.

Post coitum animal triste film français de Brigitte Roüan sorti en 1997.

Analyse critique

Diane Clovier, âgée de 41 ans, cadre dans une petite maison d'édition parisienne et mère comblée, mène une vie sans histoires. Jusqu'au jour où elle fait connaissance d'Emilio, un jeune et séduisant italien qui travaille pour une organisation humanitaire. C'est le coup de foudre. Elle délaisse son emploi et ment à son entourage afin de vivre sa passion. Mais pour son jeune amant, cette relation n'est qu'une liaison de plus. Elle ne se pose pas de questions, pas encore : elle « plonge ». Un raz de marée. Elle est dépassée. Transportée. « Sur un petit nuage », comme on dit.

Un coup de foudre. Rien à expliquer. Et pourtant, c'est spectaculaire, la passion, quand elle submerge du jour au lendemain une existence rangée, balisée, heureuse même, et remet tous les compteurs à zéro. Il n'y a rien à expliquer, et c'est ce qui, évidemment, a poussé Brigitte Roüan à y aller voir de plus près. De très près. Dans ce film, tout se joue à fleur de peau. On y sent palpiter les émotions les plus ténues, mais on y découvre aussi les cicatrices profondes que peut laisser un bonheur trop violent et qui vient trop tard pour durer.

Car c'est l'échec, forcément, qui guette Diane. Un beau matin, Emilio rompt. On peut même, dans une situation pareille, souhaiter mourir. Cette histoire n'en est pas vraiment une, en tous cas pas originale; tant le cinéma semble en avoir exploré toutes les variantes imaginables. Pourtant, Brigitte Roüan donne souvent l'impression de réinventer des situations archiconnues et de pratiquer avec une liberté renouvelée les figures imposées de l'amour fou et du chagrin d'amour.

Après avoir beaucoup hésité, elle a décidé de jouer elle-même le rôle de Diane. Brigitte Roüan l'incarne avec une formidable énergie et des trésors de sincérité. Elle se livre avec une rare générosité. Dans l'extase comme dans la souffrance, dans le bonheur béat comme dans la déprime, elle ose, elle s'expose, comme si elle risquait sa propre peau.

La réalisatrice décortique minutieusement des états d'âme que la comédienne traduit avec une finesse sans défaut. Ce beau portrait de femme au bord du précipice, ce morceau de quasi cinéma-vérité, est teinté d'assez d'humour et d'autodérision pour désamorcer les pièges du mélo.

La cruauté du film envers les mâles est à l'image de son titre. Patrick Chesnais est d'autant plus impressionnant dans le rôle ingrat de mari complaisant prêt à tout pour sauver son bonheur de bobo. Le féminisme de Brigitte Roüan, qu'il passe par les larmes ou le rire, suit une ligne qui va du sexe au cerveau en traversant le coeur. Ce film trouve sa dimension par la force de sa sincérité.

Distribution

  • Brigitte Roüan : Diane Clovier
  • Patrick Chesnais : Philippe Clovier
  • Boris Terral : Emilio
  • Nils Tavernier : François Narou
  • Jean-Louis Richard : Weyoman-Lebeau
  • Françoise Arnoul : Madame LePluche
  • Emmanuelle Bach : Caroline
  • Carmen Chaplin : Copine Narou
  • Gaëlle Le Fur : Isabelle
  • Elodie Pong : Designer
  • Roberto Plate : Miguel
  • Olivier Lechat : Victor
  • Félix Dedet-Roüan : Basile
  • Jean Delavalade : Dedé

Fiche technique

  • Réalisation : Brigitte Roüan
  • Scénario : Santiago Amigorena, Philippe Le Guay
  • Musique originale : Michel Musseau, Umberto Tozzi
  • Image : Pierre Dupouey
  • Montage : Laurent Roüan
  • Durée: 97 min
  • Date de sortie : 3 septembre 1997


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_