Teuvo Tulio

De Wiki de A à Z.

Teuvo Tulio, né Theodor Antonius Tugai (23 août 1912 - 8 juin 2000), réalisateur de cinéma et acteur finlandais. Sa famille d'origine russe a immigré en Finlande lorsqu'il était enfant, et a changé nom Theodor Tugai en Teuvo Tulio, qui sonnait plus finlandais.

Biographie

Hélène Garchin, sa mère, n’a alors que 19 ans à sa naissance. Theodor coule une petite enfance très heureuse dans la ferme de ses grands-parents en Lettonie tandis que sa mère tente de faire carrière comme danseuse à Saint-Pétersbourg. Theodor ne connaîtra jamais son père. élevé par ses grands-parents, il apprécie la vie à la ferme. À dix ans, il doit s’arracher à ce cadre tant aimé pour poursuivre sa scolarité à Helsinki, en Finlande, car, entre-temps, sa mère s’y est installée. Le jeune Theodor se retrouve alors dans un pays étranger dont il ne maîtrise aucune des langues (ni le finnois ni le suédois) en compagnie d’une mère qu’il ne connaît pour ainsi dire pas.

Adolescent, il fait la rencontre décisive de Valentin Ivanoff, de trois ans son aîné. Ils deviennent amis. Entraîné par Valentin, Theodor fréquente assidûment les salles de cinéma. Ils rêvent de faire des films ensemble. À une époque ou Rudolf Valentino est l’objet d’une admiration sans bornes en Finlande, leurs amis pensent que le physique de Theodor en ferait un parfait Valentino finlandais. Ils réussissent à persuader un des amis fortunés de la mère de Theodor à devenir leur mécène et à financer leur premier film. Les idées ne manquent pas à ces futurs cinéastes.

En 1929, ils tournent leurs deux premiers films en décors naturels avec des gitans comme acteurs (Les Yeux noirs et Le Gitan charmeur). Ces deux films consacrent Valentin lvanoff comme cinéaste à l’âge de 17 ans (il a entre-temps pris le nom de Valentin Vaala).

Theodor Tugai, co-auteur et acteur principal de chacun des deux longs métrages, devient donc acteur à l’âge de 14 ans. Vaala et Tugai tourneront 5 films ensemble avant que leurs chemins ne se séparent. Vaala fera une longue carrière de cinéaste tandis que Theodor Tugai va entreprendre une carrière de réalisateur, indépendant des studios.

Son premier film en tant que réalisateur est Taistelu Heikkilän talosta, qui est sorti en 1939. Tulio fait alors partie des Porteurs de Feu, un groupe de jeunes écrivains finlandais. Ses trois premiers films, produits par Adams Filmi, suivent Silja, la brève destinée (1937) et La Tentation (1938), qui ont hélas disparu dans un incendie, à la fin des années 1950.

Tout au long de sa carrière, il traite de sujets où la femme est victime de ses sentiments, de ses désirs et de l’inconséquence des hommes. Elle porte seule la culpabilité de la trahison et de la légèreté de l’homme à son égard et fait l’objet de la réprobation morale de la société.

Le travail expressionniste de l’ombre et de la lumière, la forte charge érotique des scènes de séduction, la symbolique des paysages, des décors et accessoires, la place de la caméra au ras du sol dans de nombreuses scènes permettent notamment de reconnaître un film de Tulio à la première image. Tulio n’aura pas de chef opérateur attitré mais gardera toujours une signature cinématographique propre.

Le Chant de la fleur écarlate (1938) est le film le plus ancien qui subsiste de Tulio, c’est aussi le premier qu’il produit. La guerre interrompt plusieurs fois le travail du cinéaste qui y prend part comme photographe. En 1940, pensant que le public a besoin de se divertir, il choisit un sujet romantique. Après avoir vu en Suède l’adaptation au cinéma d’une pièce populaire, Le Rêve dans la hutte bergère, il en achète les droits, modifie l’intrigue et l’adapte au contexte finlandais.

Avant la guerre, les films de Tulio se passaient tous à la campagne. La guerre terminée, le cadre de ses films se déplace en ville dont il s’attache à dépeindre les aspects les plus sombres à travers le destin de femmes qui y perdent leur vertu, leur famille et parfois la raison. Tout au long des années 1940, Tulio est à l’écoute d’une Finlande qui s’urbanise au détriment de la campagne qui fait figure d’illusion perdue. Si dans les films de Tulio, la nature offrait aux héroïnes la possibilité d’une vie heureuse, la ville est le lieu de la perdition où l’homme apporte le malheur et précipite la chute de la femme.

Après son retour définitif de la guerre, Tulio et l’écrivain Nisse Hirn signent un scénario qui, pour la première fois, n’est pas une adaptation. Le titre du film, C’est ainsi que tu me voulais (1944), vient d’une réplique de son film Le Chant de la fleur écarlate, lancée par l’héroïne, devenue prostituée, à son ancien amant, lorsqu’ils se retrouvent. Le scénario s’inspire de plusieurs films, et, notamment du film tchèque Extase (1933) de Machaty mais aussi de Pièges (1939) de Robert Siodmak.

Sa carrière de cinéaste est plutôt brève puisqu'il crée l'essentiel de son œuvre avant 1956, et s'arrête à la quarantaine. Il a souvent connu des difficultés à produire ses films, ayant choisi le statut de producteur-réalisateur indépendant, au point d'être quasiment considéré comme un réalisateur maudit dans les années 1960 et 1970. À la fin des années 1950, ses trois premiers films ont été détruits dans un incendie.

Les films de Tulio ont été rediffusés à la télévision finlandaise dans les années 1980, permettant à la population et plus particulièrement à une nouvelle génération d'auteurs de découvrir son style.

Filmographie

Comme réalisateur

Comme acteur

  • 1929 : Mustat silmät
  • 1929 : Le charmeur gitan (Mustalaishurmaaja) de Valentin Vaala : Manjardo
  • 1931 : Laveata tietä : Antti Larto
  • 1931 : Erämaan turvissa : Laplander
  • 1933 : Sininen varjo : Joel Orma
  • 1935 : Fredløs : Paavo


Retrouvez tous les détails de la filmographie de Teuvo Tulio sur sa fiche IMDB

Outils personnels

Voir aussi les fiches cinéma; le panorama du cinéma; les artistes contemporains

Randonnées dans les Pyrénées; les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique

_